Poèmes saturniens par Paul Verlaine

Poèmes saturniens

Titre de livre: Poèmes saturniens

Éditeur: Bibebook

Auteur: Paul Verlaine


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Poèmes saturniens.pdf - 28,975 KB/Sec

Mirror [#1]: Poèmes saturniens.pdf - 22,209 KB/Sec

Mirror [#2]: Poèmes saturniens.pdf - 39,873 KB/Sec

Paul Verlaine avec Poèmes saturniens

Extrait : Dans ces temps fabuleux, les limbes de l'histoire, - Où les fils de Raghû, beaux de fard et de gloire, - Vers la Ganga régnaient leur règne étincelant, - Et, par l'intensité de leur vertu, troublant - Les Dieux et les Démons et Bhagavat lui-même, - Augustes, s'élevaient jusqu'au néant suprême, - Ah ! la terre et la mer et le ciel, purs encor - Et jeunes, qu'arrosait une lumière d'or - Frémissante, entendaient, apaisant leurs murmures - De tonnerres, de flots heurtés, de moissons mûres, - Et retenant le vol obstiné des essaims, - Les Poètes sacrés chanter les Guerriers saints, - Ce pendant que le ciel et la mer et la terre - Voyaient --- rouges et las de leur travail austère --- - S'incliner, pénitents fauves et timorés, - Les Guerriers saints devant les Poètes sacrés !

Livres connexes

Extrait : Dans ces temps fabuleux, les limbes de l'histoire, - Où les fils de Raghû, beaux de fard et de gloire, - Vers la Ganga régnaient leur règne étincelant, - Et, par l'intensité de leur vertu, troublant - Les Dieux et les Démons et Bhagavat lui-même, - Augustes, s'élevaient jusqu'au néant suprême, - Ah ! la terre et la mer et le ciel, purs encor - Et jeunes, qu'arrosait une lumière d'or - Frémissante, entendaient, apaisant leurs murmures - De tonnerres, de flots heurtés, de moissons mûres, - Et retenant le vol obstiné des essaims, - Les Poètes sacrés chanter les Guerriers saints, - Ce pendant que le ciel et la mer et la terre - Voyaient --- rouges et las de leur travail austère --- - S'incliner, pénitents fauves et timorés, - Les Guerriers saints devant les Poètes sacrés !
Extrait : Dans ces temps fabuleux, les limbes de l'histoire, - Où les fils de Raghû, beaux de fard et de gloire, - Vers la Ganga régnaient leur règne étincelant, - Et, par l'intensité de leur vertu, troublant - Les Dieux et les Démons et Bhagavat lui-même, - Augustes, s'élevaient jusqu'au néant suprême, - Ah ! la terre et la mer et le ciel, purs encor - Et jeunes, qu'arrosait une lumière d'or - Frémissante, entendaient, apaisant leurs murmures - De tonnerres, de flots heurtés, de moissons mûres, - Et retenant le vol obstiné des essaims, - Les Poètes sacrés chanter les Guerriers saints, - Ce pendant que le ciel et la mer et la terre - Voyaient --- rouges et las de leur travail austère --- - S'incliner, pénitents fauves et timorés, - Les Guerriers saints devant les Poètes sacrés !